• couverture livre

    Eloge de l'esquive

    Cet éloge nous raconte ce que le dribble révèle de la culture et de la société brésiliennes. Il narre ses origines et ses développements ...

    Lire la suite

  • couverture du livre

    American Spleen

    États-Unis, été-automne 2011. De New York aux déserts d'Arizona, à Washington comme au Montana, au mont Rushmore ou à Chicago, où que j'aille, c'est la même plainte désenchantée, le même malaise, les mêmes frustrations...

    Lire la suite

  • couverture livre

    La Chute du Mur

    Quelques semaines, dans l'atmosphère électrique de l'automne allemand de 1989, un récit digne des meilleurs thrillers. ...

    Lire la suite

  • couverture livre

    L'impossible retour

    Une histoire des juifs en Allemagne depuis 1945. Une enquête passionnante dans la mémoire des juifs d'Allemagne, dans leur identité et dans leur étrange rapport à la patrie de Goethe et d'Himmler.

    Lire la suite

  • couverture du livre

    La Grande Alliance

    Parmi les nombreux bouleversements géopolitiques survenus à la suite des attentats du 11 septembre, le plus spectaculaire est la constitution d'une grande alliance stratégique russo-américaine.

    Lire la suite

photo olivier Guez
couverture livre

En librairie Aout 2014

Les Révolutions de Jacques Koskas

Il s'était rêvé Don Juan, journaliste de haut vol ou intellectuel viennois fin de siècle... Comment être simplement Jacques, épris de sexe et d'absolus, tiraillé par ses propres contradictions, fils aimant de ses parents envahissants ?

« Jacques déplia son long corps et se frotta les yeux en bâillant, aveuglé par les néons de la synagogue séfarade de la bonne ville de S. Il desserra son noeud de cravate ; comme chaque année, le bedeau avait mal réglé le chauffage et Jacques s'ennuyait ferme à Kippour. »

Ainsi commencent les aventures tragi-comiques de Jacques Koskas. Jacques veut vivre sa vie, mais laquelle ? Oscillant entre son pur esprit et la chair accueillante de ses maîtresses, il cornaque un joueur de foot au soleil du Brésil en théorisant sur Vienne fin de siècle... Jacques jouit, mais avec entraves. Jacques pense la révolution, mais sexuelle. Jacques, c'est terrible, s'appelle Jacques, comme son père.

Impossible et attachant, looser magnifique et idéaliste indécis, notre héros mène son épopée vers la seule cohérence que son destin lui permet.

Olivier GUEZ
Belfond, Domaine Français - Littérature, Août 2014

Récension

"Jacques Koskas a envie de vivre et il ne sait pas toujours comment. Et c'est la grande force de ce premier opus intelligent, délicieusement subversif et emmené par une plue qui fait mouche."
laisseparlerlesfilles.com 04.09.2014

"La France a peut-être trouvé son Gary Shteyngart avec ce journaliste tout terrain. Les Révolutions de Jacques Koskas (Belfond), son premier roman, d'une écriture à la fois enlevée et parfaitement maîtrisée, est une merveille de drôlerie et de finesse. Tiraillé entre sa famille très juive, ses désirs très sexuels et son esprit très cultivé, son antihéros ne dénoterait pas chez Woody Allen. Première révélation de la rentrée littéraire."Jean-Christophe Buisson,
Figaro Magazine 16.08.2014

«Les Révolutions de Jacques Koskas se présente comme un étrange croisement de Woody Allen pour les angoisses existentielles, d'Henry Miller pour l'obsession sexuelle, d'Albert Cohen pour la truculence de Mangeclous et de Dino Risi pour les trépidations de la tragicomédie sociale. »

« Un roman érudit, grave et hilarant ! »
ALEXANDRA SCHWARTZBROD, Libération 21.08.2014

Les Résolutions de Jacques Koskas fait autant rire que réfléchir. On en sort revigoré grâce à l'énergie et au talent déployés .
Voici Olivier Guez pour la première fois dans la peau d'un romancier, avec une comédie psychologique qui pourrait être parrainée par Woody Allen ou Philip Roth. Son Jacques Koskas, jeune trentenaire des années 2000, emporte l'adhésion par son sens de la dérision et du tragi-comique.
Hubert Artus, Lire 22.08.2014

Loufoque et mené tambour battant, Les Révolutions de Jacques Koskas brosse le portrait électrique d'un héros qui se sent toujours « incompris, en décalage », et se débat comme il peut avec ses démons.Alexandre Fillon, Les Echos - supplément week end 05.09.2014

Les Révolutions de Jacques Koskas, [est le] premier roman à la fois brillant, caustique et touffu d'Olivier Guez.
Grégoire Leménager, Le Nouvel Observateur 18.09.2014

"Olivier Guez (...) signe un premier roman à la fois truculent et profond."
L'Arche 01.10.2014